La singualrité du banal_The Uniqueness of the Mundane_2018

La singularité du banal, 2018

Projet présenté à La Triennale Banlieue : Là où se prépare le futur à la Maison des arts de Laval. Commissaires : Julie Alary Lavallée, Jasmine Colizza, Nicole Thibault.

Installation sonore
Aluminium, porte en bois, tôle ondulée, plexiglass, porte de douche en verre, néons, bois, transducteurs, amplificateurs, carte son, ordinateur, capteur infrarouge, électronique
219,71 x 181,61 x 154,94 cm

La banlieue contemporaine n’aurait pu se développer sans la voiture et l’industrialisation de l’après-guerre. Elle est reliée à la ville par un réseau d’autoroutes et de ponts agissant comme interfaces entre un temps privé et un temps collectif de travail. Cet espace-banlieue projetant l’image d’un cadre de vie idéal, hors de la ville dans la quiétude d’un environnement plus paisible et abordable, oblige en retour la société à produire de plus en plus de voitures, de routes, d’échangeurs routiers et de ponts. Cette mobilité motorisée produit un halo sonore présent, normalisé, sourd et riche en basses fréquences qui teinte notre écoute et modifie notre interaction avec l’environnement puisque l’écoute est un point de contact avec le monde extérieur. Au coeur de ce paysage anthropisé se trouve un phénomène acoustique imperceptible, celui de la résonance par vibrations de la matière en mouvement générée par ces espaces de transition motorisés. Lorsque l’on dépose notre oreille sur les parois de béton ou sur les structures de métal des ponts et des échangeurs, elles deviennent d’immenses instruments sonores jouées par les automobilistes et les passants à leur insu. Notre intérêt est d’ausculter les sonorités de ces lieux de transition, afin d’ouvrir un intervalle d’attention sur une réalité sonore partiellement imperceptible.

La singularité du banal explore le langage sonore imperceptible, fugitif et aléatoire de ces espaces intermédiaires que sont les ponts, les tunnels et les échangeurs routiers. À l’aide de microcontacts placés sur leurs structures, nous enregistrons les vibrations inaudibles induites par le déplacement des voitures. Ces lieux de transition ont des empreintes acoustiques spécifiques inhérentes à leurs surfaces, à leurs matérialités et leurs résonances fluctuent, selon l’intensité du trafic routier. À travers ces dispositifs routiers, il se détache des entre-espaces sonores insoupçonnés qui activent ou redéfinissent notre perception acoustique de ces architectures. Une volonté d’être à l’écoute des réalités sonores distinctes de notre monde matériel permet de dégager une expérience singulière de l’apparente banalité acoustique de ces milieux transitionnels.

La singularité du banal est une installation sonore réalisée avec des matériaux qui proviennent de l’architecture domestique : porte en bois, cadre de métal, tôle ondulée, porte de douche en verre, Plexiglass et néons. L’organisation formelle des surfaces de bois et de métal propose une géométrie aux qualités minimalistes qui sont en relation harmonique avec le segment audio de l’oeuvre puisque la composition sonore est émise par des transducteurs tactiles amplifiés et fixés derrière les éléments architecturaux. Les surfaces mises en vibrations agissent comme diffuseurs et le résultat sonore est teinté par leurs matérialités. Il s’agit de [re]jouer les sources sonores enregistrées et recomposées des infrastructures routières, en les mettant en résonance à l’intérieur d’une autre structure spatiale, sculpturale. Nous entendons un micromonde acoustique composé de bruits délicats, de bourdonnements et de tonalités variées oscillants sur l’ensemble de l’installation où il n’y a ni début ni fin. Notre volonté est de solliciter une attention particulière aux temporalités alternatives des oscillations de la matière et de donner à entendre une cosmologie sonore, un système de vibrations complexe autorégulé par l’industrialisation et l’expansion des zones habitables.

Exposition

Collective
2018 Triennale Banlieue! Là où se prépare le futur, Maison des arts de Laval, Laval (QC) Canada (du 29 juillet au 4 novembre)

Couvertures médiatiques

2018 SIROIS-ROULEAU, Dominique, « Triennale Banlieue!, Salle Alfred-Pellan, Maison des arts de Laval », Esse, publié en ligne le 24 octobre
2018 MERCILLE, Charlotte, « Triennale Banlieue : vers la terre promise », Signé Laval, publié en ligne le 22 octobre
2018 CLÉMENT, Éric, « Triennale Banlieue! La banlieue passée au crible », La Presse +, Montréal, édition du 18 août, section ARTS, écran 12, (Version PDF)
2018 LEBLANC, Benoit, « L’exposition «Banlieue» devient Triennale », Courrier de Laval, 15 août
2018 SABET, Aseman, « Les incontournables du mois d’août en arts visuels », Chronique radio à l’émission Nouvelle vague, Ici Radio Canada, 1 août

Résidence de production sonore

Avatar, Québec (QC) Canada

Supports financier

La Maison des arts de Laval et Avatar

The Uniqueness of the Mundane, 2018

Project presented at La Triennale Banlieue : Là où se prépare le futur at the Maison des arts de Laval. Curators: Julie Alary Lavallée, Jasmine Colizza, Nicole Thibault.

Sound Installation
Aluminum, wooden door, corrugated iron, plexiglass, glass shower door, neon lights, wood, transducers, amplifiers, sound card, computer, infrared sensor,electronic
86 1/2 x 71 1/2 x 61″

Sprawling present-day suburbia would not exist without automobiles and post-war industrialization. It is connected to the city through a network of highways and bridges acting as interfaces between private time and a collective work time. This suburb-space, with its image of ideal lifestyle outside of the city in a quieter, more peaceful and affordable environment, also requires that society build an increasing number of cars, roadways, interchanges and bridges. The resulting motorized mobility produces a halo of sound, ever-present, normalized, muffled and rich in low frequencies that influence our listening and modify our interaction with the environment since the sense of hearing is a point of contact with the exterior world. At the heart of this anthropized landscape lies an imperceptible acoustic phenomenon, one of resonance through the vibration of matter generated by these spaces of motorized transition. When we press our ear to the concrete walls or metal structures of bridges or interchanges, these become massive sonorous instruments played by unsuspecting motorists and passers-by. We are interested in the auscultation of the distinctive sonorities of these places of transition, in order to open up an interval of attention on a partially imperceptible sound reality.

The Uniqueness of the Mundane explores the imperceptible, transient and random language of sound uttered by the intermediary spaces of bridges and highway interchanges. With the help of custom-built microcontacts placed on their structures, we record the inaudible vibrations created by the moving vehicles. By using various microphones, we also capture the ambient sound landscape in each selected location. These transitional places have specific sound footprints inherent to their surfaces, their materiality, and their resonances fluctuate according to the flow of traffic. Through these roadway devices, we can pinpoint unsuspected sound interspaces that activate or redefine our acoustic perception of these architectures. The willingness of being dynamically attentive to the distinctive sound realities of our material world allows to experience in a unique way the apparent acoustic mundaneness of these transitional environments.

The Uniqueness of the Mundane is a sound installation created with materials from household architecture: wooden door, metal frame, glass shower door, Plexiglass, corrugated iron and neon lights. The formal organisation of the wood and metal surfaces suggests a minimalist geometry in a harmonic relationship with the audio segment of the work since the sound composition is transmitted through amplified tactile transducers placed behind the architectural elements. The idea is to re(play) the recorded and recomposed sound sources of the road infrastructures, by placing them in resonance inside another spacial, sculptural structure. We hear an acoustic microworld made up of delicate sounds, humming and various tones oscillating over the entirety of the installation where there is no beginning, no end. We intend to draw special attention to the alternative temporalities of the fluctuations of matter and to bring to life a sound cosmology, a system of complex vibrations self-regulated by the industrialization and expansion of habitable areas.

Exhibition

Group Exhibition
2018 Triennale Banlieue! Là où se prépare le futur, Maison des arts de Laval, Laval(QC) Canada (from July 29 to November 4)

Reviews

2018 SIROIS-ROULEAU, Dominique, « Triennale Banlieue!, Salle Alfred-Pellan, Maison des arts de Laval », Esse, publish online October 24
2018 MERCILLE, Charlotte, « Triennale Banlieue : vers la terre promise », Signé Laval, publish online October 22
2018 CLÉMENT, Éric, « Triennale Banlieue! La banlieue passée au crible », La Presse +, Montréal, édition du 18 août, section ARTS, écran 12, (Version PDF)
2018 LEBLANC, Benoit, « L’exposition «Banlieue» devient Triennale », Courrier de Laval, 15 août
2018 SABET, Aseman, « Les incontournables du mois d’août en arts visuels », Chronique radio à l’émission Nouvelle vague, Ici Radio Canada, 1 août

Sound Production Residency

Avatar, Quebec City (QC) Canada

Financial supports

La Maison des arts de Laval and Avatar